Nouvelles de la RUI

Nouvelles de la RUI Opération GALT – 10 juin 2019

Voici une nouvelle édition de notre bulletin. Vous pourrez constater que cela a bien bougé au cours des dernières semaines. Bienvenue aux lecteurs et lectrices qui se joignent à nous!

Beau succès pour nos 2 OPA!
Source: ConcertationSPE

Les mardis 28 mai et samedi 1er juin se sont tenues les 2 premières marches à travers le quartier organisées dans le cadre de notre Opération populaire d’aménagement. Une dizaine de personnes d’horizons très variés y ont pris part et c’est ce qui a fait la richesse de cette activité.

On y a retrouvé des résident.e.s né.e.s dans le quartier ou arrivé.e.s l’année dernière, des propriétaires et des locataires, des gens fréquentant les organismes communautaires et d’autres, non. De plus, 4 intervenant.e.s communautaires aux intérêts et passions variés se sont joint.e.s a ces marches.

Source: ConcertationSPE

Bref dix regards éclairés et aiguisés. Cela donne de forts beaux échanges!

Nous sommes à compiler l’ensemble des commentaires, idées, suggestions. Mais on peut déjà vous partager un certain nombre d’éléments.

La zone RUI Opération Galt : un patchwork de réalités :

Un élément qui est vite apparu très clair en marchant la portion nord-ouest de la RUI, c’est que le secteur traversé était loin d’être homogène. En fait, c’est davantage un collage de réalités et d’environnements bien différents.

Il s’agissait de tourner un coin de rue pour tomber sur une série d’appartements disparates construits directement sur la rue sans verdure. Puis 5 minutes plus tard, on se retrouvait dans une rue quasi campagnarde avec de grands arbres et des devantures coquettes pas très loin d’une série de 7 gros blocs d’appartements à l’allure un peu incertaine.

On retrouvait ensuite un trottoir inégal, un commerce fermé aux vitres poussiéreuses avec l’autoroute en toile de fond et un trafic important rendant difficile la conversation entre nous sur le trottoir, mais une belle boîte de fleurs d’un jaune éclatant à un balcon apportait une touche de beauté bien nécessaire.

Et en continuant de marcher, on se retrouve devant un beau bâtiment patrimonial, mais qui est vacant puis il y a un grand jardin avec ses pièges à insectes écologiques et plus loin un amoncellement de vieilles planches pêle-mêle qui pourraient facilement s’enflammer, des autos qui passent trop vite sur Galt, des résidents qui nous disent que la cohabitation est bonne entre les résidents du HLM et ceux des maisons autour, un terrain à vendre qui pourrait accueillir un beau projet de logements sociaux, etc.

Bref un territoire de contrastes qui résiste à des généralisations rapides. Sur de nombreux aspects, il faudra une revitalisation « chirurgicale » afin de bien prioriser les éléments qui doivent être améliorés en premier lieu.

Avis de recherche : où sont les bancs?

S’il y a une denrée rare dans le secteur nord-ouest de la RUI, c’est bien les bancs. Tout au long des 90 minutes de marche dans le secteur, nous n’avons même pas eu besoin d’une main pour compter le nombre de bancs publics qui s’y trouvaient.

Et cela ne va guère mieux pour les poubelles. Du nouveau et beau mobilier urbain est clairement requis pour la revitalisation du secteur.

Preuve que nous sommes plus « intelligents » à plusieurs, cette absence de bancs était totalement passée inaperçue lors de la marche de mardi. C’est l’œil de Dominique qui a mis en évidence cette absence le samedi.

Les camions sur De l’Église : omniprésents

Il est clair qu’un élément très « dévitalisant » du secteur est le flot continu de camions qui circulent sur l’avenue de l’Église. C’est agressant au niveau du bruit et de la poussière. Le Plan de développement urbain, économique et social Turcot (le PDUES) adopté en avril 2018 indique en page 58 dans la section « Résumé des interventions structurantes » :

« Interdire le camionnage sur l’avenue de l’Église suite au prolongement du boulevard De La Vérendrye ce qui réduira les conflits pour les utilisateurs du lien cyclable et augmentera la qualité de vie des résidents du secteur. »

Intéressant. Une résidente participant à l’OPA nous partageait cependant une conversation qu’elle avait eue récemment avec un élu municipal où il semblait que cette fin annoncée du camionnage était moins certaine qu’il n’y paraissait. On ira aux nouvelles pour connaître l’heure juste dans ce dossier.

La remise en valeur de l’avenue de l’Église avec notamment le lien cyclable fédérateur est une des pièces maîtresses de la revitalisation du secteur. Ce bout de quartier a trop souffert pour qu’on lui réserve des demi-mesures.

Belle rencontre avec le jardinier!

En visitant le jardin collectif ÉGALliTerre, un projet de Pro-vert Sud-Ouest, nous avons eu la chance d’y rencontrer M. Pierre Lampron. Pierre est le « jardinier en chef » de ce beau projet qui prend place sur le terrain adjacent au presbytère Saint-Paul.

Passionné par son travail, Pierre nous a parlé du jardin collectif qui était bien « reparti » depuis 2 ans avec une belle implication des jardiniers, des semis qui étaient en retard de 2 semaines, du contrôle biologique des insectes, bref un pertinent atelier jardinage 101 en condensé. Merci Pierre et bonne saison au jardin!

On rappelle que ce jardin de 408 mètres carrés qui est en place depuis 2006 est une action phare de la revitalisation urbaine Galt. Un financement de la RUI est accordé afin de soutenir ces activités.

L’ancien garage de la STCUM : vous vous en souvenez?
Source: Google Maps

Deux des participants à l’OPA de samedi, Johanne et Mathieu sont des résidents de ces ensembles situés dans le quadrilatère de L’Église, Eadie, Galt et Hadley.

La photo aérienne ci-contre montre la disposition particulière de ces 3 bâtiments en forme de « o » avec de sympathiques cours intérieures où on entend les oiseaux nous a-t-on dit.

Nos marcheurs nous ont appris que ce terrain était autrefois occupé par un garage de la Société de transport qui y abritait ses tramways et autobus. Le garage a été démoli dans les années 1980 et remplacé par ces constructions qui ont été érigées en 3 phases. Une association de propriétaires existe pour chacune des phases du projet.

Voici ce qu’un ancien résident écrivait :

« Je m’en rappelle, il [le garage] était entre Eadie et Hadley. Il fut démoli en 1986 pour faire place à des condos (…) Ce garage a vécu toute une histoire, car il a fait partie du voisinage pendant très longtemps.

Je me souviens que les bus entraient par la rue Galt et Hadley et sortaient par la rue Eadie, qui depuis la démolition du garage a été changée en sens unique, mais la rue a conservé sa largeur originale.

La fin des heures de pointe donnait lieu à un défilé d’autobus que j’allais souvent voir. Je m’amusais à compter les bus. J’en ai dénombré plus de 235 autobus une fois. »

Trois rendez-vous citoyens à l’Espace-citoyens cet été

La période estivale est un excellent temps de l’année pour « jaser » et c’est l’invitation que nous lançons aux citoyens et citoyennes du quartier. Trois rendez-vous citoyens conviviaux et dynamiques vous sont proposés à l’Espace-citoyens du parc De La Vérendrye.

  • Mardi 25 juin : La voiture prend-elle trop de place dans notre quartier?
  • Mardi 30 juillet : Citoyens et citoyennes : mêmes réalités dans le quartier?
  • Mardi 27 août : La gentrification : une réalité dans Côte-Saint-Paul ; /Ville-Émard?

Ces rendez-vous se veulent vraiment des temps d’échange avec et entre citoyen.ne.s Ce ne sont pas des conférences, des ateliers ou une cabale pour vendre une idée.

L’accueil avec café, jus et fruits se fait à partir de 18 h 30. Les discussions commencent à 19 h et on range le bâton de la parole à 20 h 15. Passez le mot autour de vous. On vous attend!

Le portrait de l’école primaire Notre-Dame du Perpétuel-Secours (NPDS)

Le Comité de gestion de la taxe scolaire de l’île de Montréal compile une série de données afin de dresser le portrait socioculturel des élèves fréquentant nos écoles primaires. Qu’en est-il du portrait de l’école NPDS?

D’abord un mot sur son territoire. Même si l’école elle-même n’est pas localisée dans le territoire de la RUI, les élèves habitant à l’ouest de la rue Hadley ont NPDS comme école de quartier. De plus, l’école a des classes d’accueil. Elle scolarise donc des élèves de son territoire, mais aussi des écoles avoisinantes qui sont en apprentissage du français.

Ce portrait socioculturel couvre 400 élèves de l’école. De ce total, 134 élèves (33 %) ont leurs deux parents qui sont nés au Québec. 64 ont un seul parent né au Québec alors que 202 élèves (51 %) n’ont aucun parent né au Québec.

Quand on regarde maintenant le lieu de naissance des élèves eux-mêmes, on note que 285 élèves (70 %) sont nés au Québec et que 116 élèves (29 %) sont nés ailleurs qu’au Canada. Ainsi 27 élèves sont nés en Chine, 6 en Ukraine, 6 au Mexique, 6 aux États-Unis, 5 en Moldavie, 5 en Arabie Saoudite, 5 en France, 5 en Tunisie, etc.

Au niveau linguistique maintenant, 230 élèves (57 %) ont le français comme langue maternelle, 25 ont l’anglais alors que 150 élèves (37 %) ont une autre langue maternelle (27 ont le chinois, 24 l’arabe, 12 le bengali, 12 l’espagnol, 8 le russe, 7 le persan, 6 le kirundi, 6 le portugais, etc.).

Je rappelle toutefois que l’école ayant des classes d’accueil, il est normal qu’elle soit plus diversifiée au niveau linguistique et culturel qu’une école primaire régulière.

Voilà on se reparle dans 2 semaines!


L’équipe de la RUI Opération Galt

Pour nous joindre

Christine Bernier, animatrice de vie de quartier

mobilisation@concertationspe.qc.ca

514 761-1665 poste 103

Daniel Duranleau, agent de développement

operationgalt@concertationspe.qc.ca

514 761-1665 poste 104

 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *